Brèves matinales

Méli-Mélo

Rendez-vous à 9h30 ! Je me considère comme quelqu’un d’assez ponctuelle, pour ne pas perdre ce temps si précieux.
9h15, me voilà prête à partir !
Je sors dans la cour et ouvre mon garage grâce à une petite zapette, seule manière d’ouvrir ce genre de porte !
Pour mieux situer l’histoire qui va suivre, j’habite dans une grande maison alsacienne restaurée en 4 appartements, la grange a été transformée en garages ! J’empresse le pas, ouvre mon coffre et me décharge de mes quelques sacs. Dans cette manœuvre pourtant simple, je lâche la zapette qui va se loger sous ma voiture dans un endroit presque inaccessible à moins d’être munie d’un bras de Barbapapa ! Et Sinon l’histoire s’arrêterait là.

Ma tenue vestimentaire n’ayant pas anticipée ce mouvement de gymnaste, me voilà obligée de me mettre à quatre pattes, puis de m’allonger avec ma belle et longue robe me servant de tapis sur ce sol plus gravillonnant que propre. Malgré ma souplesse entretenue par mes longues nuits de lecture, je peine à récupérer l’objet, il avait de toute façon, décidé de me pourrir la matinée. Mais une fois pris en main je ne peux que constater l’étendue des dégâts. Ce n’est pourtant pas de la haute technologie mais tout est déboîté ! Je secoue ma robe et mes neurones et remonte dans ma voiture pour essayer une rapide réparation, espérant toujours être à l’heure.

Et surtout je dois refermer mon garage dans lequel est stocké un grand nombre d’objets totalement inutiles, à part peut-être mes pneus neiges ! Dans ma tête je remonte très très vite le fil de mon histoire et lâche un petit gros mot pour faire descendre la pression !

Car si je ne m’étais pas précipitée comme je l’ai fait, jamais ma télécommande ne serait tombée.
Si mon voisin n’avait pas été dans la cour, jamais je ne me serais précipitée pour l’éviter ! Et si mon voisin ne m’avait pas déposé il y a quelques jours une enveloppe dans ma boîte aux lettres, jamais je n’aurais essayé de l’éviter ! Mais ça c’est une autre histoire, je vous laisse en haleine sur le contenu de sa lettre, revenons plutôt à cette réparation.

Le peu de luminosité qu’abrite un habitacle de voiture dans un garage n’est plus à prouver !
J’essaye en vain de remboîter tous les morceaux de plastique, ressorts, piles, boutons pressoirs dans un ordre plus ou moins cohérent ! Fière de moi, j’appuie sur un des boutons pour vérifier si ce petit objet est bien en vie. Mon garage se referme ! La magie a opéré, j’ai été entendu par le dieu des télécommandes des portes de garage.

Je rappuie sur le bouton pour mettre fin à cette petite anecdote sans importance. Que nenni ! Plus rien ne fonctionne ! Me voilà maintenant enfermée dans mon garage, très énervée et en retard !!

J’imagine la tête de mon voisin qui doit se demander ce que je fiche à m’enfermer dans ma voiture puis dans mon garage un samedi matin ! La situation est plutôt cocasse, voir complètement absurde ! Je relâche d’autres gros mots plutôt masculins (désolée !)

La pression est à son comble et l’obligation de « redémonter » l’engin est une urgence ! L’éclairage est aussi puissant qu’au fond d’une mine ! Mais plus aucune autre solution s’offre à moi si je ne veux pas passer le week-end dans ce garage qui ne peut accueillir qu’une voiture ! On est à l’étroit ! Elle et moi. Je respire profondément !

Je ris de la situation et en passant, je maudis mon voisin ! Je rappelle que l’énergumène en question est ce fameux spécialiste en barbecues à vieille graisse et en moteur de voitures ! (Cf. Article de l’été dernier !) Celui encore qui, me voyant chargée d’un lourd carton que j’essayais d’entreposer avec difficulté sur une étagère dans mon garage (encore lui !), me lança avec poésie : « tu as l’air d’en chier ! »

Mon esprit fuse dans tous les sens pendant que j’entreprends une énième remise en marche de la bestiole. Après une bonne dizaine de minutes et d’une réflexion digne d’un membre de l’ISS, me voilà 🎶délivrée,🎶libérée 🎶des bras de cette grotte ! Autant dire que je ne suis jamais arrivée à l’heure à mon rendez-vous. En passant mon voisin m’a fait un signe de la main interrogatif ! Et moi un signe de la tête imperturbable !

Dois-je vraiment revenir sur la missive du voisin, écrite sur une feuille à petits carreaux déchirée dans un de ses vieux blocs de garagiste ? Sans doute a-t-il voulu marquer des points en s’adressant à l’enseignante que je suis ? Mais je ne juge pas l’habit du moine, on ne m’a pas élevée comme ça !

Dois-je revenir sur le contenu poétiquement incorrect ? Ou sur la discrétion qu’il me demande d’avoir sur cette déclaration ? Car derrière ces mots crus et directs, c’est bel et bien une déclaration d’amour, explique-t-il ???!! J’imagine que sa copine n’apprécierait guère le style romantique de son gugus !
Et pour que la situation soit gênante jusqu’au bout, sur l’enveloppe était écrit : « À ouvrir dans quelques semaines ! » J’ai hautement apprécié la précision du délai ! Ma curiosité n’a pas tenue bien longtemps, je vous l’avoue…
Et c’est bien dommage, car je n’aurai jamais dû lire ce mot. Mais loin de penser à ce genre de contenus.

L’homme avait besoin de soulager sa conscience, m’écrit-il encore ! Conscience bien peut évoluer sur le respect de la femme. Alors peut-être comprendrez-vous mon empressement de tout à l’heure pour éviter de croiser l’individu en question, (que je côtoie pourtant depuis plus de 3 ans !) et à qui je vais bien entendu rendre sa lettre avec une réflexion hautement méritée et bien salée !

C’est peut-être ça le problème, c’est moi qui me sent mal à l’aise alors que ça devrait être tout le contraire ! Est-ce que vivre seule doit obligatoirement laisser penser que j’attends ce genre de courrier ?😤

Brèves matinales

Fête des mères…

Sans surprise, mon café matinal sera dédicacé
à toutes les mamans (et futures) de cette contrée
à qui je souhaite une très jolie fête colorée…

C’est sans doute là, le plus beau rôle à jouer.
Malgré les difficultés rencontrées,
et certaines scènes à interprétées…

C’est un lever de rideau permanent,
qu’elles vivent intensément,
au gré des bonheurs et des tourments
qui décorent le théâtre de leur existence…



Brèves matinales

Mon cher Morphée

Toi mon bon ami, que dis-je, mon bel apollon, mon dieu !
Toi qui me fais tant de promesses,
sache que je te voue une adoration particulière !
Mais fatiguée de constater
que tu changes ta tournée
chaque soir avant d’arriver sur mon palier !

Si un quelconque arrangement pouvait accélérer
ta percée dans mes nuits d’été
Sache que je veux bien devenir ta fiancée..

Ce café matinal date du 15 juillet 2019 !
Ce qui m’affole puisque Morphée
n’a toujours pas consenti à répondre
à mon courrier, que dis-je à ma lettre d’amour !


Brèves matinales

Ancrez-vous…

Il y a des histoires qui commencent au crépuscule
et d’autres à l’aube…

Il y a des chagrins que l’on ne peut enfouir
et des bonheurs que l’on apprend à ne pas cacher…

Il y a des souvenirs qui laissent derrière eux
des cendres et d’autres de la poussière d’étoiles…

Brèves matinales

Puisses-tu…

Tu connaîtras des chagrins sans raison,
Tu croiseras aussi la trahison,
Tu entendras leur parole à foison,
Et parfois même jusqu’à la déraison,Et tu verras la bassesse, l’impudeur,
Tu connaîtras aussi l’agression,
Et tu verras des micros tendus
Vers des femmes et des enfants nus,

Puisses-tu vivre, continuer
Puisses-tu aimer, continuer
Puisses-tu puiser, un peu d’eau
Dans le puit, de tes nuits

Puisses-tu sourire, et même rire
Quand le pire est à venir,
Puisses-tu aimer…
Simplement continuer

Tu connaîtras les douleurs
que tout le monde partage,
Tu entendras des demandes et des pleurs,
Et parfois ça frisera la déraison

Et tu verras tous ces mondes inconnus,
Que tu seras sûr d’avoir déjà vu…

Tu gouteras les fruits de la passion,
Et le goût amer de la désillusion,
Puisses-tu vivre,
Puisses-tu aimer,
Puisses-tu vivre,
Continuer

Puisses tu puiser,
Dans le puit,
De tes nuits,
Et rêver,

Puisses-tu vivre, continuer,
Sans sourciller et aimer,
Qui tu es
Qui tu es
Qui tu es
Qui tu es
Puisses-tu aimer,
Qui tu es

J-L Aubert – Puisses-tu

Brèves matinales

Rendez-vous…

Ce soir j’ai rendez-vous avec la pluie.
Mais pas n’importe laquelle !
Celle qui s’est invitée et qui prend ses aises
depuis des jours et des semaines.
Celle sui se prend pour mon amie
à tambouriner à ma fenêtre !
Celle qui fracasse mon velux
à coup de gouttes et de grêlons
pour entrer dans ma chambre par effraction !
Celle qui noie mes jeunes plantations
et leur rejetons !
Celle qui me montre son pouvoir et sa force..

Alors je vais m’autoriser à trinquer avec elle !
Qu’elle me déverse son chagrin
afin qu’elle cesse enfin de sangloter …


Brèves matinales

Marchand de sable…

Café matinal obligatoire !

Le marchand de sable est passé,
repassé,
il a fini par reprendre son chargement
puis s’en est allé voir ailleurs,
désespéré…

La fée des songes qui alimente
les rêves est passée,
repassée
puis elle a fini par repartir
avec sa poudre d’étoile,
désemparée…

1, 2 ,3 ,4, 5…1 987 654 moutons plus tard
(je ne savais plus où les stocker !)
me voici prête à prendre cette journée

Avec douceur
À bras le corps
A contre sens
La tête à l’envers
A cœur ouvert…

Je vous souhaite une belle journée

Brèves matinales

SyMpHoNie…

Café matinal
Il est mon câlin gustatif
Son odeur réveille en moi
la note à donner à mes journées…

Do uceur
Ré alité
Mi raculeuse
Fa miliale
Sol itude
La ttitude
Si lencieuse

Do uloureuse
Ré volutionnaire
Mi nuscule
Fa tigante
Sol idité
La ssitude
Si dérante …

À vous d’écrire la votre.
Je vous souhaite une belle journée toute en 🎶

Brèves matinales

Dans les jardins du Leienzug…

Un coin de paradis…
Une culture saine et responsable, respectueuse de l’environnement et de notre santé ! Installés sur des terres familiales en Alsace, entre Colmar et Mulhouse, les Jardins du Leienzug est une exploitation maraîchère qui propose une agriculture 100% sans traitements. 
Les produits cultivés sont disponibles à la vente directe aux jardins ou sur des marchés paysans de la région. 

Des visites des jardins sont également possibles le dimanche (voir les dates sur le site ci-dessous).

https://www.lesjardinsduleienzug.com/

Brèves matinales

Recette authentique…

Comme nous sommes bel et bien aux portes d’un long week-end,
je vous offre ma recette du café matinal.
Recette d’une pause hors du temps

L’ambiance

Prendre chaque jour comme une seule vie.
Puis l’apprécier, l’illuminer
L’écrire de mille lignes
Et deviner les entre-lignes

La recette

Prendre quelques grains de café.
Les moudre juste avant l’infusion pour préserver ses arômes volatils.
Rajouter y des sourires et des rires.
Cela préserve son oxydation…

Verser cette délicate poudre noire à l’arôme envoutante et exotique dans un filtre réutilisable en lin (C’est le secret pour conserver un goût et une saveur authentique 😉). Puisque les odeurs de l’enfance habitent notre cerveau comme des portes entrouvertes. Laissez les souvenirs remonter à la surface…

Préparer ensuite une eau frémissante.
Versez la délicatement pour faire gonfler cette mouture.
Respirer l’onctuosité qui envahit votre cuisine.
Humez alors rapidement la vapeur qui monte de ce filtre
et soyez à l’affût des effluves.
Il s’agit de l’arôme direct, le meilleur…

Puis observer les gouttes tomber les unes après les autres
tel un sablier temporel hors du temps…
Hypnotique…

Les accessoires

Le choix de la tasse est primordial, laissez parler votre cœur !
Selon la saison, le jour de la semaine, les rêves de la nuit…
Astuce : ne prenez jamais la même tasse.
Notre quotidien est largement rempli de routine !
Une fois votre tasse choisie, posez-la sur sa soucoupe,
placez le tout sur une belle table dressée pour le petit-déjeuner.
N’oubliez pas de mettre un fond musical, même si votre maisonnée dort encore…
(Le bruit du moulin électrique l’aura peut-être déjà réveillée !)

Si vous évitez le hard rock du très connu groupe australien,
vous n’aurez aucun désagrément avec les membres de votre famille ni avec vos voisins.
Pour les gourmands, crémez-le de bonne humeur ou saupoudrez-le d’humour et d’amour…

Conseil précieux : partagez ce moment, le boire seul(e) serait un moment oublié…
Il ne me reste plus qu’a vous souhaitez un délicieux week-end…

Brèves matinales

Les droits du lecteur (d’après Daniel Pennac)

Je distribue ces droits à mes lutins à chaque rentrée,
je vous les offre avec les explications en bonus !

1 : Le droit de ne pas lire. Les mots « ne » et « pas » sont des fautes de frappe !
(enfin j’espère…)
2 : Le droit de sauter des pages. Seulement si le livre est très, très, TRÈS mauvais ! (où si c’est un classique ennuyeux, bien sûr).
3 : Le droit de ne pas finir un livre. Bien évidemment certains livres ne se finissent pas ! (et d’autres n’ont pas de fin).
4 : Le droit de relire. Si vous avez aimé un livre c’est même fortement conseillé ! (mais un livre n’a jamais deux fois la même saveur).
5 : Le droit de lire n’importe quoi. Les catalogues, les magazines, les revues, les B.D., les manuels, les dictionnaires, les journaux, les textes sur ordinateurs, les biographies, les affiches, les pubs, les copies (d’élèves), les agendas, les partitions de musique, les mangas, les tickets de caisse, les panneaux, les lettres, les livres et tout ce qui est lisible. (Cependant, rien n’égalera jamais un bon bouquin !!!)
6 : Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
Symptômes : l’envie de lire vous tenaille à longueur de journée et vous ne vivez plus que dans vos livres (ou du moins en grande partie). Est-ce dangereux ? Non mais très contagieux ! Que faire si vous êtes atteint : rien à part lire, lire et encore lire. Donc le bovarysme est une maladie plutôt agréable (je parle en connaisseuse) mais malheureusement peu répandue (attention : vous n’êtes pas obligés d’être atteint de bovarysme pour aimer lire !)
7 : Le droit de lire n’importe où. Eh oui ! Incroyable, non ? Mais bon, qui n’a jamais lu dans le train, dans sa chambre ou dans une salle d’attente ? Pas moi en tout cas !!! Mise en garde pour les grands lecteurs : il est déconseillé de lire :
à table,
sous la douche,
dans son bain,
en cours ou au travail,
à la piscine.
En effet votre livre risque de ne pas en sortir indemne, voir de ne pas en sortir du tout.
8 : Le droit de grappiller. C’est une bonne idée si vous avez déjà lu ce livre car vous n’aurez peut-être pas envie de tout relire. C’est une mauvaise idée si vous n’avez jamais lu ce livre car vous risquez de ne rien comprendre. (Si vous réussissez à lire un livre pour la première fois en grappillant, alors, chapeau bas ! Moi je n’ai jamais réussi, mais il faut aussi dire que je n’ai jamais essayé.)
9 : Le droit de lire à haute voix. Il faut s’entraîner de temps en temps pour bien y arriver. (Il vaut mieux ne pas se mettre au défi de lire un pavé de 1500 pages à haute voix. Vous risqueriez de ne plus pouvoir parler pendant plusieurs jours.)
10 : Le droit de nous taire. Il est plus agréable de lire dans sa tête, surtout pour les pavés et lorsque vous êtes entourés de monde. (De plus si vous n’avez pas suivi mon conseil au commandement n°6 vous risquez de boire la tasse en lisant dans la piscine.)

Voici 5 bonnes raisons d’offrir un livre plutôt que des fleurs (dont 2 complètement nulles) !
1 : Inutile de chercher un vase.
2 : Pas besoin de changer l’eau.
3 : Impossible de se piquer à ses épines.
4 : On peut le lire avant (pas très poli quand même).
5 : On peut offrir un livre qu’on a reçu en cadeau mais que l’on n’aime pas…😉

Merci d’avoir pris le temps de lire jusqu’au bout 😃 Et bonne lecture…

Brèves matinales

Jardinage…

« Aimer c’est être vulnérable
pour que l’autre ait le pouvoir de vous atteindre.
C’est ouvrir une brèche dans son intime jardin secret
et y laisser une place pour que l’autre
puisse y cultiver ses fruits… »

J’ai pensé que mon jardin était en friche
Qu’il suffisait de le nettoyer, de l’éclaircir
d’y semer de nouvelles graines
de nouvelles fleurs
Il n’en est rien…

Trop de désherbant y a été déversé
Il faudra plus qu’un printemps
pour voir des fleurs y pousser à nouveau…

Brèves matinales

Le temps d’un café…

Matin pluvieux
Pas le moment de se hâter
Ni de se bousculer
Les pensées sont lentes
Profondes, dorées comme du pain.

Le matin ouvre tant de possibles
Ceux qu’on aimerait prendre dans ses bras
Ceux qu’on voudrait crier, avouer, oser, vivre…

Mais que nous ravalerons
Avec la première gorgée
Ou que nous enfouirons
en attendant un autre matin…

Un matin plus doux
Un matin plus simple…

Brèves matinales

Anniversaire…

Du haut de ces 18 printemps, Il était imbu de sa personne.
Fier et sûr de lui, pensant refaire le monde.
Son voyage dura fort fort longtemps.
De longs mois d’errance sans but précis, mis à part sa jeunesse à tester !
Puis arriva enfin ses 19 bougies, toujours plus arrogant.
Ignorant la plupart des gens, qui le trouvaient bien inutile.
C’est vrai qu’il n’avait pas beaucoup changé, ni évolué.

Demain, il soufflera sa 21ème bougie.
Une fête grandiose est prévue, tous ses amis seront présents,
Resto, Bistro, Cinoche, Friperies et même Museum.
Et pour une fois, c’est lui qui régal !
Moi-même, j’ai été surprise de recevoir mon carton d’invitation !
Finalement mon ami n’est pas aussi condescendant qu’il en a l’air.

Faut bien avouer, qu’avec le prénom dont ses parents l’avaient affublé,
il ne pouvait pas espérer faire une longue carrière.
A sa naissance, son père Manu,
trop heureux de son arrivée l’avait déclaré à la mairie
après une soirée sans doute trop arrosée au gel hydroalcoolique.

Il avait finalement décidé de l’appeler Couvre-feu…

Brèves matinales

Un jour, un café…

Café du matin, celui qu’on imaginait prendre au détour d’une terrasse ensoleillée, en coup de pouce dans un café ! Mais qu’en réalité nous prendrons encore chez soi…
Parce que la météo en a décidé autrement !

J’ai rêvé durant ces confinements à répétition, d’une maison…
Celle qui me donnerait la chance d’ouvrir des chambres d’hôtes, le fameux Bed and Breakfast !

En attendant que mes rêves deviennent réalité, je file me couler un onctueux café fumant, histoire de réchauffer cette atmosphère qui se veut égoïstement automnale…

Brèves matinales

Le temps d’un café

Café matinal
Moment d’éveil
La nature reprend vie
Éveil de l’aurore
La première lueur du soleil commence à blanchir l’horizon.
La première goutte de café commence à noircir le fond de ma tasse…
Quelle plénitude ces petits bonheurs, ce rituel matinal
qu’est devenu mon café noir…
Mais il n’aurait pas cette saveur sans ce partage quotidien avec vous…
Je vous souhaite une très belle journée ensoleillée, caféinée, colorée…

Brèves matinales

A…

Celles et ceux qui ont tant donnés, sans jamais compter les heures sans sommeil, pour veiller, nuits et jours sur nos malades.
Celles et ceux qui sans lever les poings ont veillés à maintenir la survie alimentaire et sanitaire de notre pays.
Celles et ceux maltraités qui se sont inventés d’impossibles départs.
Celles et ceux qui ont vécus la solitude et l’oubli.
Celles et ceux qui ont trimé dur derrière leur écran, au milieu de leur famille.

A…
Celles et ceux qui sortent découragés.
Celles et ceux qui tombent et meurent encore.

Soyons celles et ceux qui ne les oublient pas.
Soyons celles et ceux qui croient enfin en un monde plus doux…

À vous tous je dédie ce café matinal, celui du réconfort, de l’espoir, des libertés oubliées…
Haut en couleurs…
Malgré une météo morose comme si elle aussi devenait prudente.

Prenez soin de vous, plus que jamais…

Brèves matinales

Mettre les voiles…

Je ne change pas, je voyage…
Je me visite moi-même,
comme un pays perpétuellement inconnu…
Je découvre les étendues d’eau, calmes,
silencieuses et paisibles
puis j’apprivoise les eaux tumultueuses…

Je navigue sur des étangs salés,
puis affronte les tempêtes des océans déchainés…

J’ai souvent perdu le nord,
sur l’immense carte de ma vie…

Mais jamais je n’ai perdu de vue
cette lueur d’espoir qui brille constamment
quelques soient les tourments…

Brèves matinales

Un jour, un café…

Café matinal qui entrouvre les portes de cette nouvelle journée, avec son lot de belles surprises à la manière d’une tombola.

Les tickets gagnants nous feront sourire, et même parfois danser sur le rythme d’une salsa-bonheur.

Quant aux tickets perdants, nous les laisserons glisser dans la première corbeille venue, ravalant larmes et peines sur le rythme saccadé de notre cœur.

Je vous souhaite de nombreux tickets gagnants. Belle journée à vous qui me lirez, ça va de soit !

Brèves matinales

Prendre le temps de se reprendre, peut-être de renaître…

Elle aurait dû suivre les bons conseils d’Einstein, et ne jamais s’arrêter de pédaler !

Seulement voilà c’était comme si elle avait déraillé et que ses freins l’avaient lâchée en pleine descente ! La chute était inévitable et ce fut brutal ! Mais bizarrement, ce n’était pas la chute qui avait été la plus douloureuse. C’était davantage les nombreuses égratignures fraichement cicatrisées qui ralentissaient maintenant son corps dans tout ce qu’elle entreprenait.

Ce corps qu’elle portait comme un fardeau, qu’elle sentait englué de l’intérieur, et qui ne répondait ni à ses demandes, ni à ses envies. Il se retrouvait aujourd’hui dénué d’énergie, de souplesse et de jeunesse !

« Bienvenue dans le corps d’une ménopausée !! » répétait-elle à qui voulait l’entendre.
Pourtant derrière son regard, reflétait cette délicieuse impression d’avoir encore vingt ans.

Cette traversée dans laquelle sa vertigineuse chute hormonale prenait tous les contrôles, était à son goût, injuste et bien trop longue.
Imaginez rentrer dans un tunnel avec l’énergie d’une marathonienne et en sortir grande championne de tricotin avec en récompense quelques kilos en trop !
La montée sur le podium était aussi réjouissante que la victoire de Trump !

Même s’ils n’étaient pas excessifs, ces kilos l’insupportaient tel ce moustique qui vient vous asticoter les oreilles dès votre lampe de chevet éteinte !

L’acceptation de son corps allait lui prendre du temps, et serait affublé d’un long travail personnel. En attendant elle avait décidé de rejeter en bloc toute possibilité de reprendre une vie amoureuse.
Elle disait qu’elle avait déjà beaucoup de mal à vivre la sienne. L’organisation de son quotidien et de son travail tournait souvent au vinaigre.

Amadouer ses nuits sans sommeil, lui prenait bien trop d’énergie !
La solitude ne l’effrayait pas. Elle trouvait dans cet esseulement, d’immenses moments de bonheur, même s’ils alternaient bien souvent avec de grands moments de tristesse. Mais sa nature globalement disposée au bonheur et à percevoir mille merveilles autour d’elle, lui permettait de trouver le bon dosage d’isolement pour en faire sa potion d’équilibre.

La situation environnante l’avait obligée à poursuivre sa vie différemment. S’adapter étant devenu l’adage du moment, la vie humaine avait été réduite par l’accélération désinvolte de ce virus.

Elle avait décidé maintenant de retenir le temps, de le freiner autant que possible par l’observation de chaque instant, dans les inépuisables détails, sensations, images qui s’offraient à elle…

©Marie CK

Brèves matinales

Pangolin, quand tu nous tiens !

L’espèce animale aurait-elle le pouvoir de vengeance ?
Depuis quelques années, on peut lire ici et là, avec tristesse et impuissance, la longue liste des animaux en voie de disparition.

Rien n’est confirmé ou affirmée, mais ce petit animal au mille écailles, que nous nommerons ici pandémie plutôt que pangolin, a vu sa population s’effondrer et a été classé comme espèce en danger critique d’extinction.

Et pourquoi me direz-vous, cet animal au corps brunâtre et allongé, que l’humoriste Pierre Desproges aimait définir d’artichaut à l’envers est-il le mammifère le plus braconné du monde ?
Pour sa très longue et collante langue de 30 cm ?
Pas du tout !
Parce qu’il pratique la bipédie comme principal mode de locomotion ? (Une occurrence d’ailleurs rare au sein des mammifères). Vous n’y êtes pas du tout !

Et non rien de tout cela ne fait que cet animal n’est prêt à disparaître de notre planète.
Il faut tout d’abord savoir que dans certains pays d’Asie, notre adorable petit pangolin est supposé augmenter la virilité, tel un Viagra naturel, mais rassurez-vous ces effets n’ont jamais été prouvés !
Et dans les pratiques médicales ancestrales asiatiques, les écailles de pangolin ont aussi la réputation d’avoir des vertus curatives.
Voilà comment la chasse aux écailles a débuté il y a fort fort longtemps.
Soyez rassurés, je ne vais pas vous faire tout l’historique sinon vous n’irez pas au bout de mes lignes, mais sachez qu’en 2017, douze petites tonnes d’écailles de pangolin, en provenance d’Afrique, étaient saisies en Chine.
Ce stock représente tout de même les écailles de 20 000 pangolins !
En 2019, la très célèbre et réputée revue au nom sympathique de « Viruses », a publié une étude montrant la présence de nombreux virus, dont des coronavirus, chez des pangolins saisis par les douanes chinoises en mars 2019 !! Et oui, il y a plus de deux an déjà.
Ils seront alors confiés au refuge animalier de Canton, qui accueille des animaux issus du trafic animalier et du braconnage. Fin de l’histoire…

Alors si un jour le lien entre ce minuscule virus et ce cuirassé est avéré, nous pourrons dire que le monde animal est bel est bien plus fort que l’espèce humaine.
Une vengeance dont le plat ne se mangera pas, mais s’attrapera au détour d’une toux, d’une poignée de main, d’une bise, d’une accolade.

Moi qui est vécue presque quarante années à côté d’une centrale nucléaire, imaginant de temps à autre, les pires scénarii de confinement dans un abri nucléaire de fortune, me voilà bien maligne devant cette masse blanche sortant de terre habillées de ces pylônes plutôt envahissants !
Car aujourd’hui, face à ce virus, ce bâtiment me paraît bien inoffensif…

M@rie CK

Brèves matinales

RoboCop

« Maitreessssssse !  J’ai un super pouvoir, à l’école je ne peux pas l’utiliser, mais à la maison, je rentre un code sur mon avant-bras !

A ce moment-là, l’élève s’exécute et tape longuement un code  !

–  Quand j’ai fini de le taper, je commence à me transformer en robot ! Et je reçois une force incroyable. Au début, mes parents ne voulaient pas me croire, mais maintenant ils ont compris et sont très fiers de moi, car je peux les aider à porter des choses lourdes ! Et pour redevenir en garçon, je retape le code ! J’ai eu ce pouvoir durant les dernières vacances !

– C’est vraiment dommage que tu ne puisses pas l’utiliser ici, j’avais justement besoin d’un petit robot pour monter quelques tables en archives !

– Ouais je sais, j’ai déjà essayé (il retape son code sur son avant-bras !), regarde maitresse, ça ne marche pas !! C’est sans doute parce que les autres seraient trop jaloux !

– Oui, ça doit être ça ! Tu as vraiment beaucoup de chance. Bon en attendant, pourrais-tu aller ramasser ton cartable que tu as laissé au milieu de la cour ?

– Maitresse, il ne faut pas le dire aux autres, parce qu’à chaque fois que je me transforme en robot, j’attrape une grande fatigue ! Souvent j’peux pas aider mes frères à débarrasser la table ! Du coup c’est chaque fois c’est la bagarre à la maison, mais je gagne tout l’temps, normal Super Pouvoir !!

– Est-ce que tu penses que tu peux utiliser ton super pouvoir pour aller te ranger maintenant ?
Regarde, tes camarades sont déjà rangés, prêts à rentrer en classe depuis un moment !

Il m’a fait la journée. Au passage, j’en profite pour vous signaler que c’est ce même élève qui avait eu la chance de voyager sur le Titanic ! Je l’adore !