Brèves matinales

Café de juin

Café de l’été qui se faufile
dans la file du printemps
Suspendu à son filtre
Nourrir son odorat
de ce bouquet aromatique
Redonner de l’arôme
à nos souvenirs d’enfance
Fines gouttelettes clandestines
passant du Petit noir au Café Crème

Je laisse à mes yeux la force de t’admirer
A mes papilles, le droit de t’embrasser
Toi, cette exception matinale que je m’autorise

J’en profite pour vous souhaiter une très belle journée…